Fais pas ci, fais pas ça - Série (2007)

Fais pas ci, fais pas ça - Série (2007)

Série de Thierry Bizot et Anne Giafferi Comédie 9 saisons (terminée) France 2 50 min 8 septembre 2007

Une comédie inspirée de faits réels qui suit les aventures de deux familles incarnant deux méthodes d'éducation opposées : les Bouley et les Lepic.

Fais pas ci, fais pas ça streaming

Ca peut paraître complètement insensé de se poser devant un écran pour regarder des saynètes propres à notre vie de tous les jours et à notre petite routine familiale emmerdante. Mais c'est pourtant là que le show fait fort, en nous tendant à la fois une belle analyse sociale et notre propre miroir, nous permettant ainsi de nous rendre à quel point nous sommes ridicules. Parents comme enfants, le show n'épargne personne, tout le monde y passe, et avec une justesse rarement égalée. Cette juste mais tendre moquerie est également un regard ironique vers l'éducation et son dysfonctionnement éternel, avec d'un côté des ados à qui l'on demande de se conduire en adulte responsable alors qu'on les traite comme des gosses, et les parents dont les bonnes intentions sont perçues en emmerdements quotidiens.

Bobo égocentrique ou papa-poule très cool, précoce de huit ans ou feignasse de dix-sept, la série a aussi cette qualité de décortiquer l'humain comme en chacun de nous, avec nos petits travers, nos préjugés, nos imperfections, nos hypocrisies, notre arrogance, nos ego auto-satisfaits et nos torts inavoués...et tout ça sans émettre le moindre jugement. Pas impossible que vous vous retrouviez à un moment ou à un autre dans le show. Et là, c'est le rire assuré.

Pour moi, la qualité d'une série réside dans sa capacité à se réinventer pour éviter de tourner en rond. Outre la routine qu'elle narre, Fais pas ci Fais pas ça parvient toujours à surprendre et innover dans son humour, ce qui fait d'elle une réussite. Alors bien sûr, on pourrait parler de la photographie dégueulasse, de la réalisation simpliste et de sa bande-son redondante, mais le show fonctionne, fait rire et surtout, ne lasse pas.

Et puis, y'a Christophe, jeunôt pépère de 17 piges qui ne fiche rien mais qui se prends pour le neo-Descartes en écrivant "merde" sur sa copie de philo. Aha. Christophe, je t'aime (non, non, je ne suis pas gay).

J'en ris encore.